Prolongations - Robin Walter


Haine. Peur. Amour. Folie. Courage. Mensonge. Passion. Dépendance.

« Prolongations », c’est le nom de l’émission de Jean Duplantier, fil rouge de la bande dessinée de Robin Walter. « Prolongations », c’est aussi une saison d’un PSG fictif vu par plusieurs personnages tournant autour du club.

Denis, arbitre en fin de carrière. Ahmed, ultra parisien. Julien Corsico, jeune journaliste sportif. Nicolas Stambou, star du football français et sa femme Johana. Benjamin Garnier, joueur moyen mais travailleur acharné.

« MAIS T’ES MALADE AHMED ! T’AS PAS VOULU RATER TON P’TIT MATCH DE MERDE ! PUTAIN AHMED ! TON POTE EST À L’HOSTO ! »

   La force de cette bande dessinée, c’est qu’à travers les différents protagonistes, l’auteur arrive à nous faire vivre la même saison, de manière complètement différente. Ce qui nous invite d’ailleurs à la relire plusieurs fois afin de mieux comprendre les coulisses de ce sport. Les dérives financières et les enjeux médiatiques du football nous dépassent souvent, nous indignent parfois, et pourtant dès le coup de sifflet, l’âme du football reprend ses droits, et tout le monde vibre. Nous vibrons à chacune des planches de « Prolongations ».


« MERDE.. ON A BESOIN D’CE POGNON ! T’es un amoureux du club ! Cela doit t’importer qu’on puisse renforcer l’équipe ! Grâce à toi, en plus. Grâce à ton transfert ! »



   On peut regretter que l’auteur décide de s’arrêter en si bon chemin. On s’attache aux personnages et on reste un peu sur sa faim en terminant le deuxième tome. Visuellement efficace, quelques planches sur Benjamin Garnier sont particulièrement réussies et un vrai coup de cœur pour la couverture du tome 2. Sans pathos ni clichés, l’histoire nous absorbe et l’on se passionne pour ces destins croisés entre terrains, tribunes et salles de presse. C’est une bande dessinée remarquable sur le monde du football. Le seul point négatif, c’est que ce soit déjà terminé.

S.P
Partager sur Google Plus

A propos de lirelesport

    Commentaire Blogger
    Commentaire Facebook

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire