Un destin foudroyé - Kodjovi Obilalé

   «Je suis mort le 9 janvier 2010»

   C’est ainsi que Kodjovi Obilalé commence sa biographie, une introduction choc pour nous mettre en situation. Un récit où il nous livre son expérience du terrorisme, de la souffrance, mais surtout un récit où finalement le football se révèle être vecteur d’espoir.





" C’est la panique dans le bus. Aux cris se mêlent des centaines de détonations, comme une pétarade qui ne s’arrête pas. Les balles sifflent autour de nous dans tous les sens. "


   Le Togolais a grandi à la dur, s’il séchait l’école, c’était la prison. Mais très vite, entre l’école et le football, la passion va prendre le dessus. Il sera footballeur et il le sait. Des clubs africains aux clubs bretons, entre le Togo et la France, Lorient et Lomé, le footballeur ne s’est jamais vraiment posé. Ses sélections aux Éperviers (l’équipe national du Togo) lui ont tout de même permis de vivre de belles heures de football. Voici la chronique d’un footballeur africain victime du terrorisme.

   Ce livre est très intéressant. Le témoignage assez naïf de Kodjovi nous apporte une belle photographie du football africain actuel et des nombreuses affaires de faux contrats, d’agents véreux et de primes fantômes. Une écriture simple et une histoire touchante font de ce livre une lecture agréable


obilale_500"Au Togo, il est bien évident que certains portent une écrasante responsabilité dans la tragédie. La vérité est aussi crue que cela. Fidèles à leurs traditions, des dirigeants de la Fédération ont privilégié le bus à l'avion pour économiser quelques dollars et avoir un gâteau plus volumineux à se partager. L'intérêt personnel avant toute chose. La soi-disant solidarité africaine dont parle en Europe ? Poudre aux yeux." 

S.P.




Partager sur Google Plus

A propos de lirelesport

    Commentaire Blogger
    Commentaire Facebook

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire