Décalages / Collectif

 Écrire le sport est une association caennaise qui a pour but de mettre en avant le sport dans la culture. Décalages est leur premier ouvrage.

   Ce livre est l'aboutissement d'un projet mené avec 14 auteurs passionnés de football, mais  venant d'univers complètement différent. De Vincent Duluc, journaliste à l'Équipe, à Robin Walter, auteur de BD, ils se sont tous mis au jeu de parler football, en décalage.



"En effet, un match en lui-même possède un réel potentiel dramatique. Alors, si on y ajoute le fait que ce sport centenaire a traversé le siècle dernier et sa riche histoire, oui, c'est étonnant que la littérature ne s'intéresse pas davantage au football. " 

Robin Walter



  Sous la forme d'un mook à la Desports, Décalages c'est un ensemble d'interviews, d'articles et de réflexions autour du football. Robin Walter nous met l'eau à la bouche avec l'hypothèse d'une suite à son dytique Prolongations, Julie Gaucher nous propose une brève histoire du football dans la littérature, l'entretien avec Louis Dumoulin est passionnant, à lire et à relire, et à relire encore. 

   Je ne suis pas particulièrement sensible au photos de Hans Van der Meer qui illustrent l'ouvrage, mais celle-ci dégagent une certaine profondeur, ce sont des photos pleines d'authenticités. Cependant, les illustrations de Farid Regice sont d'une sublime originalité.



   En collaboration avec Myths Edition pour le travail graphique et éditorial, ce premier album est une vraie réussite pour les éditions Salto. Une mise en page parfaite et une lecture très agréable. Décalages, c'est voir le football sous différents points de vue, le cinéma, la littérature, la photographie, la bande dessinée. Ce livre est une part de l'essence du football. Une manière de montrer qu'au-delà du terrain, le football vit sous une autre manière à travers les artistes et intellectuels. C'est aussi et surtout, une mine d'or pour passionnés de culture foot.


" Le football n'est pas uniquement un sujet littéraire, qui impose ses thématiques et ses orientations narratives. Il devient, dans ce moment transitoire qu'est le déplacement, une raison poétique qui s'impose progressivement, en embarquant avec elle des souvenirs fondateurs, un onirisme presque hallucinatoire et un désenchantement contemporain pour finalement s'imposer comme une focale de compréhension de soi, de l'homme et du poète."


S.P
Partager sur Google Plus

A propos de lirelesport

    Commentaire Blogger
    Commentaire Facebook

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire