Pistol - The life of Pete Maravich - Mark Kriegel



  Mark Kriegel nous relate la saga de Pete Maravich, basketteur américain star à l'université et en NBA durant les années 70, surnommé "Pistol" pour sa façon de tirer au panier étant petit, avec un ballon alors trop gros pour lui.

     Véritable "enfant de la balle" dans tous les sens du terme, son père Press Maravich lui met très tôt un ballon entre les mains. Lui-même joueur pro dans les années 40 dans les prémices de la NBA puis coach visionnaire au lycée et à l'université, il voit en lui les "gênes du basket" qu'il recherche activement dans ses joueurs. 

   Le destin du petit Pete est alors tout tracé par un père voyant en lui son héritage à long terme. Au sein d'une famille recomposée heureuse, mais fragile, Pete Maravich développe alors une addiction à la balle orange et un lien affectif puissant se tisse entre le fils et le père, lequel ne cessera de vanter les mérites de son fils et assurant à qui voulait l'entendre qu'il serait le 1er joueur pro à décrocher un contrat à 1 million de dollars.

     N'hésitant pas à se frotter à plus grand et plus costaud que lui, véritable bourreau de travail, Pete Maravich développera ses propres exercices de touché de balle pour un résultat unique, à mi-chemin entre une maîtrise technique parfaite des fondamentaux du sport et un style plus flamboyant et spectaculaire vers lequel se dirigera le basket durant les années 80, avec l'avènement de Michael Jordan, Larry Bird et Magic Johnson, lequel déclarera avoir été grandement inspiré et émerveillé par les exploits de "Pistol".




     Superstar à la fac de Louisiane, coaché par son père qui fera tout pour mettre son prodige en valeur au détriment parfois des résultats de l'équipe, Pete Maravich battra tous les records de points (records encore valables aujourd'hui) et lui permettra de décrocher ce fameux contrat pro à 1 million de dollars, un record à l'époque. Sa période pro en NBA sera également fastueuse, bien que marquée par l'absence de titres.

     Son style divise : "On ne vous paie pas un million de dollars pour jeter des passes basiques"* déclarera-t-il à ses détracteurs critiques de ses passes entre les jambes ou dans le dos. Superstar dans des équipes moyennes, il se fera finalement une raison et recherchera sans se l'avouer -comme depuis toujours- plus l'amour et l'ovation du public que les véritables résultats d'équipe. 

     Mark Kriegel nous dépeint avec un style simple, vif et très "oral" une personnalité complexe et instable; Pete Maravich est parfois colérique ou renfermé, sûr de son talent, mais également fragilisé par l'attention médiatique l'entourant et par la relation fusionnelle qu'il entretient avec son mentor et père. Sa relation au basket est également compliquée, il se sent piégé de sa propre destinée.

     À une époque où la ségrégation était encore bien présente dans la société américaine, Pete Maravich le surdoué était le trait d'union entre les deux écoles du basket, un joueur blanc d'une fac du Sud (Louisiane) au style se rapprochant  de celui joué sur les playgrounds par les Noirs. Étonnant de facilité sur un terrain, tant à la marque de points qu'à la passe, il marqua son époque et son sport. Après une courte carrière NBA, finalement en paix avec lui-même et le basket, il se dévouera à ses proches et à sa foi chrétienne et décédera à l'âge de 40 ans seulement, après un match entre amis, quelques mois après son père. Une saga typique d'une famille américaine : l'ascension, le déclin puis la rédemption de la famille Maravich.

E.R

Non traduit en français, disponible en import.

*trad. E.R
Partager sur Google Plus

A propos de lirelesport

    Commentaire Blogger
    Commentaire Facebook

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire