La revanche - John Grisham

   Auteur de polars à succès tels que "La Firme" et "L'Affaire Pélican", John Grisham délaisse un temps le roman judiciaire pour nous faire partager son autre passion, le football américain.

 Il nous fait suivre dans "La Revanche" le destin de Rick Dockery, quarterback de seconde zone dans l'équipe des Cleveland Browns qui par un coup du sort se retrouve sur le terrain lors de la finale du championnat - le fameux Superbowl - et qui réussit à gâcher une avance confortable au score de son équipe pour finalement leur faire perdre la rencontre.

  Conspué et haï par les fans, ridiculisé par toute la profession, son agent Arnie lui conseille alors de s'expatrier en Europe le temps que la situation se calme. C'est en Italie qu'il trouvera un point de chute, ou il sera attendu comme le messie par l'équipe des "Panthers" de Parme qui rêve de remporter leur premier Superbowl italien face à leur grand rival, l'équipe des "Lions" de Bergame...

" - Le football de là-bas, c'est du calcio, Arnie. Il y a erreur de sport.
-  Ecoute-moi. Ils ont quelques championnats solidement établis, en Europe. En Allemagne, en Autriche, en Italie, c'est du sérieux. Ça pourrait être amusant. Qu'est devenu ton goût de l'aventure ?"



    Si l'on n'est pas connaisseur de football américain on peut rapidement se perdre dans l'abondance de termes techniques et tactiques propres à ce sport, et l'on comprend vite que l'auteur se fait plaisir lors des matches en nous décrivant des situations que les fans apprécieront. Néanmoins l'adaptation du personnage principal à sa nouvelle vie en Europe et à ses nouveaux coéquipiers et le décalage culturel nous réservent des passages drôles et cocasses, à l'image du premier dialogue avec le coach américain de l'équipe, expatrié lui aussi, au sujet du championnat italien, du nom des équipes en passant par le style de jeu :
" - Comment je suis censé appeler des passes lors des regroupements ?
 - Ça se déroule en anglais. Quelquefois, les Italiens comprennent les appels de passe, parfois non."

   Les personnages secondaires sont assez attachants, à l'image de ces Italiens fans de foot américain, amateurs éclairés d'un sport largement méconnu au pays du ballon rond, prêts à se donner à fond pour leur quarterback américain. Ce roman fait aussi l'écho d'une certaine réalité du sport professionnel américain, où les joueurs en disgrâce, ceux n'ayant pu trouver un poste en sortant de la fac, ou simplement les joueurs de milieu de tableau, n'hésitent plus à traverser l'Atlantique (voire le Pacifique en Chine pour le basket ou au Japon pour le baseball) pour pratiquer encore un peu leur passion dans des championnats semi-pros.

E.R
Partager sur Google Plus

A propos de lirelesport

    Commentaire Blogger
    Commentaire Facebook

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire