Je suis le cycliste masqué

1 an après le footballeur masqué et quelques mois après la secret wag, Hugo Sport revient, à un peu plus de deux mois du Tour de France, avec un livre détonnant, dont les révélations vont une fois de plus faire grincer les dents de certains. Tutoiement, vocabulaire familier, le cycliste masqué nous prend par l'épaule et nous fait découvrir les coulisses du cyclisme mondial. Un état des lieux édifiant.



"Un merdeux en activité ne peut pas dénoncer les culs cales. C'est la loi du peloton, et ça résume tout."



   Le cycliste masqué se décrit comme quelqu'un de connu, mais pas une star, un leader qui a su aussi jouer au "gregario" quand il le fallait. C'est grâce à sa femme et à une vie de famille sacrifiée, mais stable qu'il a pu se sortir du cyclisme professionnel sans trop de dommage. Avec des chapitres courts sans réel fil conducteur, il passe des critériums scénarisés à l'avance au Tour de France, tout en racontant en détail le quotidien d'un cycliste hors course.


  Un livre percutant qui se lit assez rapidement. Ce qui est un peu dérangeant, c'est que derrière ces nombreuses révélations se cache un masque, et derrière un masque ou peut dire tout et n'importe quoi.   Mais l'auteur n'est pas là pour cracher dans la soupe, c'est un amoureux de vélo qui nous parle, un amoureux triste pour son sport. Le cycliste masqué le dit lui-même, toutes les performances que nous voyons aujourd'hui sur nos routes ne sont pas réalisables si les coureurs étaient clean. Ce sport est une victime de plus du spectacle roi au détriment de l'esprit sportif. Il existe encore une boîte de pandore que personne ne veut ouvrir, et chacun continue à faire semblant de rien voir jusqu'au prochain scandale. Des confessions rédigées au vitriol qui se lisent d'une traite.


"J'aime trop ce sport pour accepter de ne rien faire. Essayons de mettre le coureur au centre des priorités, l'homme, l'athlète, et rénovons le cyclisme en profondeur. Les instances internationales et les fédérations brassent du vent. La mondialisation est une chance, en tout cas dans notre sport, alors profitons-en. Dans le peloton, on est nombreux à penser qu'on devrait suivre l'évolution de beaucoup de sports - et de la société en général -, plutôt que de s'arc-bouter sur la nostalgie d'un patrimoine géré par des dirigeants usés."

S.P



Partager sur Google Plus

A propos de lirelesport

    Commentaire Blogger
    Commentaire Facebook

5 commentaires:

  1. ce n'est pas un cycliste. C'est un journaliste qui a prétendu procéder à des interviews, avec Antoine Vayer comme mentor, et tente de présenter le monde du vélo tel qu'il était avant et non plus tel qu'il est. L'homme à l'origine de ce travail, qui a trempé jusqu'au cou dans l'affaire Festina, me fait penser aux gens qui avaient un portrait de Pétain accroché au mur de son salon, et qui en juin44 a pris son fusil pour aller arrêter l'officier SS avec lequel il jouait aux cartes la veille. Je ne comprends pas la démarche, sauf s'il s'agit de se faire un peu d'argent facile sur le dos d'un milieu qui s'est considérablement assaini. Antoine Vayer a été informé en même temps que moi des dérives de Festina, mais il est resté jusqu'au bout pour tirer les marrons du feu. Pas moi. Et aujourd'hui on lui accorde un blanc-seing...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Je connais assez peu le cyclisme, je le regarde à la télévision depuis plusieurs années, je le lis depuis peu. Dans cette chronique, je tente d'appuyer plus sur la forme plus que sur le fond, car je ne connais pas assez le cyclisme pour en parler. Je précise d'ailleurs
      " Ce qui est un peu dérangeant, c'est que derrière ces nombreuses révélations se cache un masque, et derrière un masque ou peut dire tout et n'importe quoi. "
      Cependant, la forme du récit est très intéressante, confession romancée, avec de nombreux scandales pour tenir en haleine le lecteur. C'est du livre presse, comme "le footballeur masqué" que j'avais chroniqué l'année dernière. De plus, je ne sais pas les précédents qu'il y a entre Antoine Vayer et vous, mais si vous avez des critiques à lui faire part, n'hésitez pas à le contacter, lui ou la maison d'édition, afin que vos idées soient entendues par les premiers intéressés.
      S.P

      Supprimer
  2. L'auteur m'a sollicité pour un interview avant la parution du livre, je lui ai accordé un eheure et demi de mon temps. Il s'est fait passer pour un journaliste qui faisait un livre sur les personnes qui avaient contribué au renouveau du cyclisme français. Il m'a piégé et me cite dans le livre sans me nommer, en tant que nutritionniste de Romain Bardet et de la FJD, ce que je suis. Le coureur masqué n'est pas un coureur, mais je trouve le procédé très "limite"- Denis Riché.

    RépondreSupprimer
  3. C'est bien pour des réactions trop attendues telles que la 1ère et celle de Denis que nous avons fait ce livre. Le CM en collaboration avec Antoine Vayer. Certains vont tomber de leurs chaises avec la suite.

    RépondreSupprimer
  4. Tu sais très bien comment çà s'est passé... Un coup de fil "que deviens-tu, on veut travailler avec toi", un journaliste qui m'appelle et à la sortie un montage bidonné. On ne parle pas mal de moi dans le livre. C'est logique et encore heureux. Mais pour le tort causé à la jeune génération je n'ai pas envie de laisser faire l'amalgame avec ce qui se passait avant. Je n'ai jamais cautionné les entraînements définis en fonction de l'hématocrite des coureurs et la méthode ne m'a pas plu. Antoine, tu sais que çà s'est passé comme çà. C'est à la fois inélégant et malhonnête et je le ferai savoir. Fallait pas me mêler à votre salade... DR Au fait, le premier commentaire est de moi aussi...

    RépondreSupprimer