Dream Team - Jack Mc Callum


La Dream Team ce sont des légendes dans tous les compartiments du jeu, des remplaçants de luxe, pour la plus grande équipe jamais assemblée, tous sports confondus.

Le journaliste de Sports Illustrated Jack McCallum revient sur l'épopée de la fameuse "Dream Team", l'équipe de basket présentée par les Etats-Unis aux JO de Barcelone de 1992, qu'il a pu suivre en interne depuis ses premiers entraînements jusqu'au sacre final à Barcelone. Pour la première fois de leur histoire olympique, les Américains furent autorisés à présenter une équipe composée de joueurs pro, et non plus des "amateurs" (en fait des non-pros c'est à dire des joueurs universitaires) comme lors des précédents championnats et tournois mondiaux. Cela allait considérablement changer la donne et marquer à jamais le sport mondial en général et le développement du basket en particulier.

Au sortir des années 80, le basket américain s'est vu "sauvé" du marasme économique, social et sportif dans lequel il était plongé dans les années 70 par un duo antagoniste aussi légendaire par leurs affrontements que par leur personnalité et leur style de jeu : Earvin "Magic" Johnson et Larry "Legend" Bird. A  la suite de leur avènement une nouvelle génération emmenée par Michael Jordan était prête à élever le basket dans une nouvelle dimension. Avec un Bird vieillissant, un Magic qui venait d'annoncer au monde entier sa séropositivité et un Jordan double champion en titre au top de sa carrière et de sa notoriété, tous les ingrédients étaient donc réunis pour former une super escouade de légende qui, si chaque élément voulait bien s'y fondre pour le bien de l'équipe, pouvait renverser des montagnes.




"Cet été-là, il y a 20 ans, les Etats-Unis ont disputé 14 matches - 6 dans le tournoi préolympique qualificatif et 8 pour la conquête de la médaille d'or à Barcelone - et l'équipe la plus accrocheuse [...] a perdu la finale de 32 points"


D'un point de vue sportif la Dream Team écrasa toute la concurrence, gagnant ses matches par un écart moyen de 40 points ou plus, sans prendre aucun temps-mort pendant les matches, et imposa au monde entier une nouvelle vision de l'athlète professionnel à son top niveau. Sa notoriété dépassant les frontières imposa également une nouvelle donne concernant le traitement des médias et du public envers ces superstars...

Dans la première partie du livre l'auteur nous explicite les dessous de l'arrivée de chaque joueur dans l'équipe, entre luttes d'ego, politiques internes, déceptions et réelles surprises. De récents entretiens avec ces mêmes joueurs nous livrent un ressenti intéressant pris avec le recul nécessaire. L'auteur nous détaille ensuite dans une seconde partie toute l'aventure de la Dream Team, aussi bien sur qu'en dehors du terrain, et l'on découvre là une véritable mine d'or riche en anecdotes, détails et points de vue totalement inédits, comme cette description d'un match d'entraînement de haut niveau ou encore la vie quotidienne du groupe à Barcelone, entre affinités inattendues entres certains joueurs-Patrick Ewing et Larry Bird notamment- et la construction de la cohésion de ce groupe extraordinaire.

On regrettera malgré tout des opinions bien arrêtées de la part de l'auteur sur certains individus, à la limite du "cliché", et un certain manque d'objectivité et de recul, donnant à son récit des événements un aspect "vieille école" assez acerbe voire rétrograde envers les autres pays et joueurs. On lui préférera son côté un peu espiègle de témoin privilégié friand d'anecdotes. Au final, Dream Team est un livre que l'on prend plaisir à lire comme si l'on échangeait de bons souvenirs avec un vieux copain autour d'un verre...  

E.R
Partager sur Google Plus

A propos de lirelesport

    Commentaire Blogger
    Commentaire Facebook

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire