Balancé dans les cordes - Jeremie Guez

Tony est fils de gitan, abandonné par son père, c'est son oncle qui va s'occuper de lui et de sa mère. C'est aussi lui qui va l'initier à la boxe. Tony n'est pas mauvais, même plutôt bon puisqu'il devient professionnel. Mais quand on vit dans les banlieues, la violence, la haine, la vengeance sont des fers qui attisent au quotidien de profondes blessures. Alors quand sa mère va subir un passage à tabac, Tony va vouloir la venger, et pour l'aider, demander de l'aide à la mafia locale.



Jéremie Guez a une écriture foudroyante, de celle qui vous laisse pantois, et qui fait défiler les heures plus que de raison. Balancé dans les cordes est un roman à ambiance où le sport côtoie la misère. Dans ces cercles vicieux, la machine se dérègle et très vite tout s'enchaîne. Tony ne contrôle vite plus rien, si ce n'est ses poings. 

"Mon crochet  du droit lui martèle l'oreille. Il recule, surpris. il met bien dix secondes à ressentir toute l'onde de choc du coup, qui doit maintenant se propager dans tout son corps, de sa tempe à ses couilles. J'entame le bal, la mise à mort."



Deuxième roman d'un jeune auteur, Balancé dans les cordes est époustouflant de maturité. Le personnage principal est parfaitement campé dans une ambiance banlieusarde malsaine. Si le sport, et dans ce cas-là, la boxe, peut servir d'exutoire, les bagages émotionnels, sociaux et familiaux sont parfois trop lourds à porter. Ce roman noir fait partie des livres qu'on ne peut lâcher. Une mise en abîme dans les profondeurs de notre violence.

"Elle danse, avec la grâce d'une ballerine. Un bras passé autour de ma taille, elle tournoie jusqu'à en perdre l'équilibre et se rattraper à mon corps meurtri, façonné par les coups, qui s'éveille lorsque ses mains fines l'enserrent. Je pensais connaître la douleur et me retrouve frappé par cette étreinte, pourtant inoffensive par rapport à ce que j'endure d'habitude, mais qui diffuse un mal étranger de mon bas-ventre à mon cerveau."

S.P

Partager sur Google Plus

A propos de lirelesport

    Commentaire Blogger
    Commentaire Facebook

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire