Invisible sous la lumière - Carrie Snyder

Jeux Olympiques, Amsterdam 1928, Aganetha Smart décroche l’or au huit cent mètres. Quatre-vingts ans après, la vieille dame se souvient de cette photo l’immortalisant sur la ligne d’arrivée, de sa vie dans la ferme familiale, de Glad sa meilleure rivale, de Johnny, ce bel athlète, des morts et de ceux qui restent. Toute une vie rythmée par ses foulées, à travers les champs et les bois, sur une piste d’athlétisme, courir pour oublier, courir pour tenir, courir donner un sens à sa vie.

"Quand je cours, je suis à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de mon corps. La douleur physique est toujours présente, même quand je me sens voler, libre et lointaine. Je ne veux pas me rappeler de ce qui est arrivé. Je ne veux pas méditer sur le passé. D’une certaine manière, je ne le peux pas. Je ne suis pas faite pour les regrets."

Invisible sous la lumière est à la littérature ce que Volver de Pedro Almodovar est au cinéma : un remarquable hymne aux femmes dans ce qu’elles ont de plus complexe. Sensibles et fortes, battantes, indépendantes, solidaires dans l’adversité, solitaires dans le chagrin. On croise parfois des fantômes bienveillants, on voit aussi ce qu’on ne devrait pas voir… Le texte est écrit tout en nuances, avec une sensibilité qui se veut sobre et simple, à l’image de son héroïne.



Mais derrière l’histoire d’Aganetha, qui demeure un personnage fictif, l’auteur souhaite rendre plus largement un hommage au sport féminin de haut niveau en choisissant les JO d’Amsterdam, date symbolique puisque ce sont les premiers jeux de l’histoire autorisant des épreuves d’athlétisme féminin.

L’auteur canadienne a réussi à exprimer le dépassement de soi, la féminité de son héroïne avec justesse, équilibre et sensibilité. Une lecture agréable, émouvante pour un roman surprenant.

Z.J


Partager sur Google Plus

A propos de lirelesport

    Commentaire Blogger
    Commentaire Facebook

1 commentaires:

  1. J'ai été également touchée par ce récit. Il soulève beaucoup de questions encore d'actualité. La femme et le sport, la place de la femme dans le sport, est un sujet inépuisable. J'ai été, dans un premier temps, à la lecture de " Invisible sous la lumière", admirative de la personnalité de Aganetha pour ensuite être déçue. Je l'aurais voulue plus forte, plus combative ! Je me souviens avoir pesté dans ma lecture ! "Mais enfin, hurle, rebelle toi ! Tu es si forte !"... J'ai refermé ce livre en colère contre ce destin de femme, contre ces couvercles posés sur des vies qui auraient pu être brillantes, si elles n'avaient pas été celles de femmes. Je me souviens m'être apaisée enfin, avoir relu des passages, et avoir pensé, au fond, qu'elle avait eu raison, et que les combats silencieux sont finalement les plus beaux.

    RépondreSupprimer